Banner
Elections : EELV loin du pouvoir
This is my site Ecrit par Serge CLAVERO. on 21/05/2014 – 18:11

D’après l’émission « les matins » de France Culture du 13 mai 2014

Mais d’abord, permettez-moi de citer deux réactions à l’émission :

Anonyme13.05.2014

Mes oreilles se ferment à la seconde ou Brice Couturier ouvre sa bouche ! Ne pas oublier les excellentes chroniques de Caroline Fourest, Caroline Elliacheff, Danielle Sallenave, Benoit Bouscarel et surtout Xavier de la Porte, Matthieu Conquet et le chef d’orchestre Marc Voinchet ! C’est pour cela que j’écoute les matins et c’est déjà bien ! Cherchez un Piketty pour remplacer Couturier !

Mr J13.05.2014

Auriez-vous l’obligeance de congédier Mr Brice Couturier ? Ou alors d’engager un chroniqueur économiste hétérodoxe (non libéral) à sa suite, pouvant lui aussi lire sa chronique et pouvant, lui aussi, continuer de prêcher en présence de l’invité des matins. Cela afin d’équilibrer et d’éviter de prêcher continuellement une seule idéologie.

 ______________________________________________________________________

C’est que, encore une fois, Brice Couturier intervenait sur un sujet qui lui tient à cœur : l’énergie. Et quand je dis « à cœur » je devrais dire « à cœur nucléaire ».  Mais passons. Content que quelques auditeurs aient pris le temps de formuler une opinion (et une irritation) que je partage depuis longtemps quel que soit le talent et le brio de monsieur Couturier.…

Ni parti pris ni complaisance ?

Dans le cadre des élections européennes, Marc Voinchet – ne lui ôtons pas ce mérite – invitait Michel Sapin en première partie mais aussi Yannick Jadot, député européen sortant et tête de liste Europe Écologie les Verts pour le Grand Ouest. Il est l’auteur de Entrons en dissidence paru chez Plon en janvier.

Comme le dit Marc Voinchet : « On verra avec lui si les Verts ont décidé de jouer les naufrageurs au sein du parlement et s’ils arriveront à s’embarquer nombreux à bord du Paquebot bruxellois. »

Vous allez penser que je fais campagne pour EELV.

Ce n’est pas plus le cas pour eux que pour Nouvelle Donne, voire le Front de Gauche. Et pourtant ces partis représentent chacun à sa façon la concrétisation – au moins programmatique – de pas mal de nos idées (ou de nos questions). La différence c’est que seuls les Verts ont été impliqués dans le gouvernement et sont significativement actifs au Parlement Européen. Cela représente un avantage – leur connaissance du système, y compris européen – et un grave inconvénient : la façon dont ils ont négocié puis géré leur participation à ce pouvoir. Comme d’un autre côté les « socialistes » ont basculé du côté gestionnaire de la force, et que l’UMP reste divisée, ambiguë et  peu innovante même si on passe sur ses aspects droitiers … Voyez avec moi : il ne reste que le FN… Je plaisante (tristement).

Pourtant, comment penser qu’il n’y a rien de bon ? Loin de prétendre influencer quiconque, je vous propose d’entendre ce que nous dit Jadot une fois libéré de la participation des Verts au gouvernement. Cette cure d’amaigrissement semble ma foi assez bien lui réussir. En tout cas la façon dont il répond au rouleau compresseur du TINA hollando-thatcherien très en vogue ne manque pas de pertinence. Libre à chacun de nous de trancher ensuite l’immense perplexité devant les urnes européennes…. Mais la pire façon de nous en sortir serait bien de ne pas voter.

 Le couturiérisme

Je vais tenter d’éviter de vous fatiguer. Mais pour nous  faire une opinion sur le niveau d’analyse des animateurs des Matins à propos de l’énergie, il est utile de commencer par la chronique de Brice Couturier. Très honnêtement je me pose réellement la question : comment un journaliste aussi vif, brillant et cultivé peut-il invariablement s’arc-bouter sur la défense du nucléaire et plus généralement d’un néolibéralisme « décomplexé ». Ça vaut dire quoi, d’ailleurs : « décomplexé » ? Décon… quoi ?

 

L’avalanche est magnifique, rien n’y manque.

D’abord les mesures en faveur des énergies vertes auraient été « mises en place dans la panique alors que l’on croyait les ressources classiques en voie d’épuisement ». Puis : « pétrole , 178 ans de réserves, gaz 233 ans, charbon 30 siècles. Cela laisse le temps d’inventer de nouvelles sources qui ne soient pas inspirées des moulins à vent de nos meuniers d’antan » (là, croyez-moi, je cite !!!). Et bien sûr les énergies renouvelables sont « très chères » (Brice Couturier se délecte régulièrement de cette affirmation). L‘entretien des éoliennes est « coûteux » et il faut les doubler par des grands parcs classiques – autrefois au gaz, aujourd’hui au charbon.

Comment un journaliste sérieux peut-il avancer autant de contre vérités – ou alors est-il à ce point intoxiqué ? Nous, pauvres provinciaux, avons le plus grand mal à imaginer la vie dans la Ville Lumière, ce vertigineux tourbillon des meilleurs esprits du pays. Alors, nous sommes très étonnés d’avoir à douter du sérieux d’arguments que démentent pourtant une multitude d’études et de spécialistes. Mais là nous sommes déjà au cœur de la question – les « marchands de doute » contre les « marchands de peur » (nous) . Il me semble pourtant pertinent de suivre le conseil de notre ami du Triptyque économique qui nous recommande régulièrement l’ouvrage de Naomi Oreske et Eric M. Conway. S’agissant d’une radio du domaine public et qui de plus s’enorgueillit du mot « Culture » ces considérations ne devraient pas avoir lieu.

____________________________________________________________________________

Audio de l’interview

 L’énergie

On ne s’en étonnera pas : Yannick Jadot n’est pas très d’accord avec Couturier. Il faudrait toute une émission – et à mon avis bien davantage  – pour soigner la rage anti-verte de ce journaliste.

Quand même, il est bon de le réentendre : l’énergie est du domaine des états et non de l’Europe, le nucléaire coûte beaucoup plus cher que l’éolien, l’exploitation des gaz de schistes est difficilement envisageable en Europe où la situation très différente des USA.

Une transition énergétique fondée sur les économies d’énergies et notamment sur l’isolation thermique, ce sont des centaines de milliers d’emploi (je précise : non délocalisables) et c’est le pouvoir d’achat des ménages. C’est l’enjeu de la bataille de l’efficience énergétique : réduire de 40% notre consommation d’énergie d’ici 2030 – ce que tous les experts s’accordent à considérer comme un objectif atteignable.

Nous pourrions alors réduire de 2/3 les 160 milliards d’euros que l’Europe paie à la Russie de Poutine. Au lieu de cela, nous dit Jadot, on renonce à une alliance d’Alstom avec Siemens alors qu’Alstom fait de gros bénéfices sur le renouvelable – et perd de l’argent sur le nucléaire. A voir… Mais comment nier la présence de lobbies à Bruxelles, et pourquoi mettrait-on en doute l’affirmation de Yannick Jadot : Total ne veut pas de voitures économiques qui feraient baisser son chiffre d’affaire et EDF ne veut perdre aucun KWh sur nos factures.

Alors la solution ne serait-elle pas une vraie compétence énergétique européenne ? Cette Europe s’est construite sur la communauté du charbon et de l’acier : actuellement, une Communauté Européenne des Energies Renouvelables permettrait les grands chantiers nécessaires dans un esprit d’aménagement du territoire. Et d’autre part, en Allemagne, 50% des ENRs sont la propreté des citoyens (souvent en coopératives) – qui d’ailleurs consomment moins d’énergie que les Français. Certes, en Allemagne aussi, des centrales au charbon ont malheureusement remplacé les centrales au gaz (faut-il rappeler pourquoi ? La taxe carbone…) mais elles ne remplacent pas le nucléaire : ce sont les ENRs qui le remplacent. Et  cela ne plait pas du tout aux géants de l’énergie, on s’en doute.

Là dessus en France la stratégie d’Areva est «totalement folle » nous dit Jadot : fuite en avant irresponsable, choix de l’EPR contesté y compris par les pro-nucléaires.

Où en est Manuel Valls ? Les 50% maximum d’électricité nucléaire d’ici 2025, la réduction de 30% de consommation des énergies fossiles et 40% démission de CO2 en moins d’ici 2030, son plan de transition énergétique à présenter d’ici le mois de juin ? Et les 100 000 emplois de Ségolène Royal d’ici 3 ans ?

L’Europe sinon rien

En tout cas, Yannick Jadot s’affirme comme un européen convaincu face à ces défis qui ne relèvent pas de la seule personnalité du ministre de l’écologie en place, ni même de son appartenance politique. « Sans l’Europe, on sera balayés ». C’est également à l’échelle européenne qu’on pourra sortir de politiques qui anéantissent toute perspective de reprise économique. Là j’entends d’ici notre ami du Triptyque économique : « reprise économique », développement … Oui, il faudra bien prendre soin de la nature de cette relance pour qu’elle ne se traduise pas par la démocratisation des home cinemas et des 4X4. Il s’agit de construction sociale et de construction démocratique. Ceci suppose avant tout un budget européen alors qu’il a été amputé de 85 milliards d’euros. Comment avec un tel budget accomplir l’essentiel : mettre en commun la recherche, l’innovation, le développement industriel, la transition énergétique, la politique extérieure avec une politique de défense ? Autrement on n’arrivera à rien !

Le traité transatlantique GMT ou TAFTA

Il est peu commenté dans cette campagne. Pourtant il raconte une histoire de l’Europe. Voulons nous en faire seulement un grand marché – élargi aux USA ? C’est le rêve des Britanniques – et c’est la fin de l’idée d’un développement durable spécifiquement européen. Ce n’est pas seulement un nivellement par le bas de nos normes. Là dessus Brice Couturier nous dit que nous n’avons pas à renoncer à « mettre à genou » des Américains puisque nous sommes aussi, puissants qu’eux. Mouais… Les Européens ne cessent de démontrer leur division sur tous les grands dossiers du moment. C’est bien sur la base d’une Europe réellement forte et unie qu’on pourrait discuter avec les Américains – mais ce n’est pas le cas aujourd’hui où un dogmatisme libéral vise en permanence à renforcer le pouvoir des grands groupes internationaux pour sortir de la crise. En réalité le bénéfice escompté est de 545 euros par ménage en 2027 !

Le plus grave c’est la fuite d’une souveraineté démocratique au profit des multinationales. Nous avons vu ici (notre billet) comment ces dernières pourront attaquer les états – voir les milliards de dollars d’indemnité réclamés par Philip Morris suite aux campagnes antitabac.

Pendant ce temps, ce qui est grave, c’est la constitution d’un groupe d’extrême droite européen financé en partie directement par Poutine et le gaz russe. Ce qui est effarant c’est que certains partis de gauche ou d’extrême gauche rejoignent cette défense de Poutine.

Quel espoir ?

Daniel Cohn Bendit trouvait les Verts français dispersés et peu efficaces. Pourront-ils changer ? En attendant, les sondages les classent derrière la gauche radicale au niveau européen. Écologistes de tous les pays, unissez-vous ? Non : humanistes de tous les pays, unissez-vous … et renversez la table trop bien dressée de la finance reine du jeu – un jeu d’échecs pour l’homme.

Ce qui est délicat avec les humanistes, c’est qu’ils ont pour tradition de placer l’homme au centre de tout. Ils ont aussi tendance à penser qu’il faut changer l’homme afin de changer la société. Or l’homme devient surtout responsable à tout le moins d’une grande partie des équilibres et déséquilibres de la Planète – c’est dans ce nouveau sens de la responsabilité qu’il est effectivement « au centre de tout ». Difficile à avaler pour beaucoup d’humanistes traditionnels. Ensuite, si tant est que l’homme se soit amélioré depuis l’antiquité grecque (ce dont certains philosophes contemporains doutent) il nous reste beaucoup trop peu de temps pour nous permettre d’espérer le résultat incertain d’une amélioration dont on ne voit que faiblement les signes avant coureurs. Non, décidément, il faut penser les urgences avec Bruno Latour et tant pis pour Camus : nous le retrouverons une fois que nous aurons fait la paix avec la Planète.

Reste qu’un patient travail d’information et d’échange d’informations, de réflexions, est réellement à l’oeuvre dans ce sens. Il faut tendre l’oreille et la souris … et souhaiter bon vent à ces navigateurs du futur, solitaires et solidaires, comme disait Camus, justement.
_________________________________________________________________________________________________

    LE  livre  LCA  …(lien)

 

Classement  

Laisser un commentaire