Banner
Le jour se lève-t-il ?
This is my site Ecrit par Serge CLAVERO. on 10/03/2014 – 19:26

A en croire Les Echos du 1er décembre 2013 (voir lien) , la réponse est OUI. Tant mieux. Mais quel jour, au fait ?

Par certains aspects : un bon jour.

Jugez-en plutôt. C’est notre vigilant ami du Triptyque Economique qui a attiré notre attention (voir son billet)

________________________________________________________________________

Citons :

« LE CERCLE. Il vient un instant dans l’histoire des sociétés où tous les cris individuels, catégoriels, communautaires et corporatistes n’en forment plus qu’un, puissant et inextinguible. Cet instant approche, il marque le croisement rare d’un moment et d’un mouvement, ce moment précis où le jour se lève. »

Mais encore ?

« Les aspirations profondes des peuples avancent masquées, cachées derrière des revendications, des cris, des pancartes, souvent dérisoires, mais révélatrices de la perte de sens. À ce titre, le sujet n’est pas de payer trop d’impôts, mais bien de ne plus savoir pourquoi on les paie, le sujet n’est pas de travailler trop, mais de ne plus savoir pourquoi on travaille, le sujet n’est pas qu’il y ait trop d’étrangers en France, mais de ne plus savoir ce qu’est la citoyenneté, car le problème n’est pas de savoir quel est le sens de tout ceci, mais bien de retrouver du sens. »

__________________________________________________________________

 Belle écriture – et belle pensée- de Mr Alberti, chef d’entreprise, auteur de cet article qui ne manque ni de style ni d’idées.

Mais il y a pour le moins du brouillard aussi. Quand deux lignes plus loin il est question du « rôle inaliénable d’un leader », j’avoue que mon admiration pour Napoléon ne va pas jusqu’à renoncer à la démocratie – dont il faut reconnaître qu’elle n’est pas le moyen le plus simple pour aller d’un point A mal identifié à un point B pas très bien défini, c’est vrai.

C’est vrai que le sympathique et brillant auteur nous décrit avec talent les défauts que nous-mêmes dénonçons. Mais, sans vouloir l’offenser, cela ne suffit pas. Marine Le Pen le fait également, très bien (sans doute avec moins de légitimité que Mr Alberti, à mes yeux en tout cas).

Tout de même, l’antienne de « l’incarcération du peuple par la bureaucratie » me fait dresser l’oreille. Certes, c’est vrai encore que « l’ivresse de la fausse révolution de 68 » nous a laissé « nous jeter corps et âmes dans la consommation de masse »,

Pour autant faut-il renoncer, comme nous y invite l’auteur, à « taxinomier » les multiples manifestations de mécontentement ? Je n’y renoncerai pas, pour ma part, même s’il s’agit d’un gros travail à accomplir – non, les bonnet rouges ne sont pas assimilables aux manifs de défense du droit à l’avortement.

Et bien sûr, nous aussi nous critiquons les élites, parce qu’elles ne nous représentent plus, ne nous ressemblent plus. Plus largement cependant l’auteur scie la branche sur laquelle il est assis, peut-être pas si inconfortablement : la méritocratie. Thomas Picketty (« Le capitalisme du XXIe siècle » 2014) nous éclaire sur les super-cadres super-méritants qui raflent allègrement la moitié de la richesse nationale sur la base précisément de cette méritocratie justificatrice de salaires injustifiables.

Moins d’état ?

La musique est familière mais les paroles ont cessé de nous enchanter depuis longtemps. Il est légitime de le penser, pourtant, surtout quand on marche sur les traces de cette évolution qui vise la plus grande liberté (et le plus grand profit) du secteur privé. Là se situe notre divergence fondamentale avec cet anarchisme libéral : justement parce que la société est malade, parce qu’elle n’a ni projet ni véritable espoir, c’est bien le moment d’un état interventionniste et fort – qui fait défaut. Comme nous l’avons vu avec Alain Badiou, ses marges de manœuvre sont non pas excessives mais trop restreintes – et nous savons tous que l’échelle convenable reste sinon le continent européen, du moins la réunion de quelques grands pays volontaires et courageux – avec la France, l’Allemagne et les partenaires qui conviendront pour l’ébauche d’un rebond européen à partir d’un noyau dur.

Non, le jour qui se lève ne doit pas balayer les psychologues (au hasards de la diatribe) mais rétablir une psychiatrie humaine et non des camisoles chimiques en libre service qui abandonnent au fil des rues des jeunes en complète déserrance qui en deviennent dangereux. Et oui nous avons besoin d’une école meilleure, plus égalitaire (bien plus) et sa privatisation ne risque pas de l’amener vers plus de justice.

Que ce jour se lève sans l’OTAN supposerait dans un autre domaine que se mette en place une Europe de la défense. Aura-t-on la stupidité de la construire « avant les bœufs » comme on l’a fait avec l’euro ?

Pourtant

Est-ce à dire que nous avons réponse à tout, raison sur toute la ligne ? Certainement pas. Est-ce à dire qu’il faut seulement critiquer des personnalités comme ce jeune et dynamique patron ? Encore moins. Des points de convergence existent. Serait-il possible de réunir ces différences éparses ? C’est non seulement possible, mais indispensable. D’ailleurs, souvenons-nous, mai 68, justement : ce fut la convergence d’une demande de progrès social (le salaire des ouvriers) et d’une recherche de sens et de vraie liberté (les intellectuels et les étudiants). Fausse révolution? Peut-être… Ce qu’il nous faudra aujourd’hui c’est une vraie révolution en effet. Follement utopistes, sans doute, nous considérons que la conjonction se fera sur la base d’impératifs énergétiques (sortie des fossiles et du nucléaire), écologiques (respect de l’environnement dans un sens premier mais aussi amour philosophique de la nature), de santé publique (une nourriture saine, un hôpital public) et économiques (reconstruction d’équilibres compréhensibles par tous, dégagement de marges de manœuvre pour les gouvernements) .

Cette transition sera équitable et démocratique : que pourrions-nous attendre d’un homme providentiel ? C’est bien sur nous-mêmes que nous pouvons compter. Nous bousculerons un peu les jeunes patrons dynamiques mais je les connais : ils s’en remettront. Pourvu qu’il y ait des projets, du travail, de l’enthousiasme, ils ne s’en trouveront que mieux. Ce ne seront pas nos pires ennemis. Comme je dis souvent – ce qui me vaut des volées de bois vert – respectons-les, même s’ils sont différents.

Qu’attendez-vous d’autre d’une société, si ce n’est que les différences s’unissent ? C’est en quoi le terme de révolution ne me séduit qu’à moitié. C’est en quoi aussi je suis par contre assez d’accord avec l’auteur pour espérer une convergence intelligente des révoltes, y compris des jacqueries. Elles passeront, et le projet final naîtra au delà de ces tumultes éphémères et décousus – dont il ne convient pas pour autant de nier la dangerosité.

Le jour se lève ? Non : le vent – se lèvera.

Et belle écriture pour belle écriture, un peu de Victor Hugo rétablira la balance :

« Il y a certaines idées puissantes qui vomissent le bruit, la flamme et la fumée, et qui traînent, remorquent, conduisent et emportent tout un siècle. Malheur à qui ne sait pas bien mener ces effrayantes locomotives ! »

Victor Hugo, 1848

_____________________________________________________________________________________________

 

Afin de ne pas tomber dans l’excès de sérieux  :

Ou bien version trash … mais tellement drôle : l’appel au vote pour la Sainte Eglise de la Konsommation :

Classement  

Mots-clés : ,

4 Reponses »

  1. Merci pour le clin d’œil!
    Et si le « leader » ( pas trop maximo, tout de même) se contentait d’indiquer des voies, pas celle de l’autonomie du business, surtout sale, mais celles des alternatives écologiques et économiques?

  2. Merci pour votre lecture critique et argumentée de ma tribune. J’ai beaucoup apprécié votre contre-analyse.

  3. I will immediately clutch your rss feed as I can not to find your email subscription link or enewsletter service. Do you have any? Please let me know in order that I may just subscribe. Thanks. bcekbecddedd

  4. Dear Sir,
    Sorry for my late answer. Please find hereafter the appropriate URL to register :
    http://www.dtwin.org/WordDD/wp-login.php?action=register

Laisser un commentaire