Banner
Les marchands de doute version française
This is my site Ecrit par Serge CLAVERO. on 27/03/2013 – 17:15

S’il y a une chose que je déteste c’est bien le complotisme.  Mais le détester n’empêche malheureusement pas la réalité de véritables complots. Et encore, dans « complot » il y a souvent un élément d’idéal – bon ou mauvais. Ici il n’est même pas question de l’ombre d’une idée – seulement d’argent, évidemment.

Stéphane Foucard n’a sans doute pas lu « Comment se faire des amis » de Dale Carnegie. Il a commencé par agacer de solides scientifiques en se constituant l’un des premiers opposants aux climato-sceptiques – ce qui fait, au final, qu’il peut trouver des amis parmi nous…

En effet, en décembre 2008 il révèle un scandale touchant des chercheurs de l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP), plusieurs de leurs travaux dans la revue Earth and Planetary Science Letters (EPSL) ayant été acceptés pour publication par des scientifiques qui étaient à la fois membres du même IPGP et du comité éditorial d’EPSL

A propos de l’affaire Séralini, il écrit ce 21 mars 2013 sur le Monde un article intitulé Science : l’intoxication industrielle qui dénonce l’intervention auprès de ce journal de deux chercheurs américains qui proposent une tribune. Le toxicologue Bruce Chassy, professeur émérite de l’université de l’Illinois, et le biologiste Henry Miller, du Hoover Institute (université Stanford) ont adressé au Monde un mail plutôt étrange (intervention probable d’un institut de relation publique) d’une extrême violence intitulé : « Des scientifiques flairent l’arnaque dans une frauduleuse étude de génie génétique ». Il s’agit de l’affaire Seralini déjà évoquée sur notre site.

Par exemple :

——————————————————————————————————————————————–

« Les expériences présentées la semaine dernière montrent que [Gilles-Eric Séralini] a dépassé les bornes, entre le fait de simplement mener et faire connaître des expériences imparfaites et le fait de commettre de graves erreurs scientifiques avec tentative de fraude »
——————————————————————————————————————————————–
« Il est également important de signaler que la publication de cet article constitue un échec abject et incroyable de la compétence éditoriale de la revue à comité de lecture Food and Chemical Toxicology »
, […]
« Peut-être avons-nous atteint un point (…) où les médias réalisent enfin qu’ils ont été manipulés pendant des années par des escrocs experts et professionnels. »
-——————————————————————————————————————————————-
Qui sont les auteurs de cette attaque en règle ?

Henry Miller : les tobacco documents (documents secrets de l’industrie du tabac, déclassifiés en 1998 par décision de justice) était engagé dans les activités du Advancement of Sound Science Coalition (TASSC ou Coalition pour la promotion d’une science solide), think tank imaginé par Philip Morris pour attaquer la « mauvaise science » pouvant conduire … à des réglementations !!!

1992 : publication du rapport de l’Environment Protection Agency (EPA) attestant des effets nocifs du tabagisme passif

1993 : création et gestion (confiées à une société de relations publiques, APCO Associates) du think tank The Advancement of Sound Science Coalition.

Mémo de Philip Morris: « Notre objectif primordial est de discréditer le rapport de l’EPA et d’obtenir d’elle qu’elle adopte un même standard d’évaluation des risques pour tous les produits. »
Budget : 350 000 dollars pour les 6 premiers mois pour  recruter des scientifiques, identifier les journalistes susceptibles d’être favorables au discours promu par les industriels, adresser aux journaux des tribunes libres…

Citations :

« Sans un effort pour construire un doute raisonnable à propos du tabagisme passif – en particulier parmi les consommateurs -, alors virtuellement tout autre effort (…) aura une efficacité significativement réduite »
« Cela doit s’inscrire dans une vaste mosaïque, qui rassemblera tous les ennemis de l’EPA en même temps »

L’APCO ouvre alors un front contre toutes les disciplines scientifiques utilisées à l’EPA, pour coaliser l’industrie contre les sciences de l’environnement.

Les scientifiques enrôlés dans le think tank pouvaient toujours assurer qu’ils ne touchaient pas de subsides de l’industrie du tabac … leurs factures étant réglées par APCO Associates.

Henry Miller a eu  vingt-six tribunes publiées par The Guardian, ou sur son site Web, entre 2008 et 2011 – en faveur du génie génétique, l’agrochimie, la dérégulation, etc. plus un blog sur le site Web du magazine Forbes. Certains de ses billets sont publiés un peu partout aux Etats-Unis, et entre 2006 et 2007, dix tribunes libres dans le New York Times.

Comme là-bas 

Bref : nous retrouvons là les méthodes dénoncées par Naomi Oreskes et Erik M. Conway dans leur « Marchands de doute » – la stratégie mise au point par les géants du tabac et généralisée à l’ensemble de la science dès qu’elle met en cause les intérêts des grands groupes. Rien de nouveau en effet – à part le nouveau livre de Stéphane Foucard, justement :

« La fabrique du mensonge: Comment les industriels manipulent la science et nous mettent en danger ».

Il est question dans ce livre du sujet que nous venons d’évoquer mais aussi de l’ILSI, l’International Life Sciences Institute, qui réunit les principaux groupes agroalimentaires, avec la méthode d’évaluation de « seuil de préoccupation toxicologique » de nos aliments, approuvée par l’EFSA, l’Agence Européenne de Sécurité Alimentaire. En cause, des conflits d’intérêts entre scientifiques et industriels.

Rien de nouveau, en effet, pour les amis les plus vigilants de LCA comme Jean-Michel Masson qui nous a de longue date recommandé la lecture des « Marchands de doute ».

Il faudra aussi passer en revue les puissants groupes de pression tels que le Cato Instititute , le George Marshall Institute, le Heartland Institute qui ont bénéficié de subsides de la part de l’industrie de l’énergie fossile alors que ni lInstitute of Public Affairs australien ni le Global Warming Policy Foundation n’acceptent de révéler la liste de leurs donateurs.

Comment, dans ces conditions, nous en remettre à la seule démocratie pour sortir des mécanismes délétères pour notre mode de vie et notre civilisation ? Cette question s’étend à tous les domaines et en particulier à l’énergie. Négawatt, de son côté, préconise la création d’une Haute Autorité Indépendante pour la Transition Energétique. Il faut rapidement réfléchir à ce type d’initiative, faute de quoi l’issue vers une dictature verte (ou bleue? ou brune?) pourrait bien un jour s’imposer face à l’immobilisme.

 

Classement  

Une Reponse »

  1. Merci Serge pour cet excellent billet qui montre bien une déclinaison locale de la machine à manipuler les esprits. Il est invraisemblable que la liberté soit pervertie d’une telle manière.En fait, ce sont les mêmes lobbies américains à l’oeuvre.Productivisme plus défense du business de grosses multinationales plus hyperlibéralisme impliquant l’affaiblissement des états.
    Etape suivante: dans nos contrées, certaines informations sont aussi des manipulations. La reprise en choeur d’arguments similaires rabâchés sans fin à propos de notre président n’interpelle- t- elle pas les esprits libres? Par exemple, hier soir, après la prestation télévisuelle, tout le monde a entonné l’air de la croissance, chacun y allant de son incantation préférée. Pas un seul intervenant ne s’est posé la question de bon sens suivante: que faire si la croissance devient impossible en raison du prix des énergies carbonées et des ravages environnementaux liés?

Laisser un commentaire