Banner
Le gouvernement de la continuité
This is my site Ecrit par Serge CLAVERO. on 20/07/2012 – 17:10

Le Ministre du Redressement productif   Arnaud Montebourg a « laissé entendre » qu’il envisageait de  « regarder sans rouvrir » (???)  le dossier des gaz de schiste. Cà c’est du redressement !

Nous n’avions pas besoin de changer de gouvernement pour retrouver de telles subtilités.

Evidemment, M. Le Ministre, il est difficile de résister. On imagine d’ici la pression des pétroliers et des gaziers. Et puis le déficit énergétique de la France est d’autant plus handicapant que la faiblesse de l’euro s’ajoute au fait que les USA se réservent la consommation en interne de cette même énergie produite sur leur territoire à des tarifs particulièrement bas.

Il est probable(mais pas encore prouvé) que le sous-sol de notre pays recèle des réserves très importantes d’énergie fossile « non conventionnelle ». Le changement de majorité ne change rien à notre opposition ferme à ce type d énergie polluante pour l’atmosphère, pour le sous-sol, pour les nappes phréatiques et dévastatrice de l’environnement.

J’étais il y a peu invité à une fête de village sur l’un des sites convoités dans le haut Aveyron aux marges du Larzac. Un tout petit village à mi-pente d’une colline, juste au-dessus du lac. Petit déjeuner sous chapiteau avec au menu tripoux suivis d’un steak, fromage et dessert, vin rouge …

Ici on vit encore au grand air, les élevages se poussent hors des étables sitôt les dernières neiges dissipées (ce qui peut être assez tard dans le printemps – rude climat). Un jour sur ces collines, dans ces enclos et sur ces routes vallonnées, parmi ces gens débordant d’une exubérance de fenaison et porteurs d’une tradition qu’on croirait disparue… Comment parler de ces choses réputées disparues, ces paysages encore intacts jusqu’au pieds des monts balayés par le vent, jusqu’aux vallées profondes avec leurs villages perdus ? Il faudrait être poètes – et on ne nous croirait pas pour autant.

C’est là qu’on va déforester, dévaster les prairies, chasser vaches et brebis pour faire place aux machines géantes, aux derricks, aux lourds camions, aux bacs de décantation. L’eau est rare sur ces plateaux. Qu’importe, on forera, on assèchera les nappes si besoins. On forera. Combien ? Aux USA ce sont 500 000 puits. Ne soyons pas alarmistes : 50 000 suffiront à anéantir les derniers paysages intacts de la France.

Le pire c’est le silence complet sur les effets désastreux sur le climat (probablement pires que le charbon). Est-ce un hasard ? La reprise de ce projet comme les forages offshore à grande profondeur en Guyane, comme demain, qui sait, des forages au large de Marseille – relèvent d’une politique du pire. C’est tourner le dos aux énergies nouvelles, c’est batailler pour la survie d’un monde ancien et condamné : celui des énergies fossiles.

Que savons-nous ? Avec de plus en plus de certitude nous savons que nous dépasserons rapidement les fatidiques 2 degrés de réchauffement. Nous savons déjà que les premiers effets sont là avec la création de déserts dont le Cap Vert nous donne un bel exemple. Nous savons qu’il y aura moins de poissons dans des mers plus chaudes, moins de récoltes, plus de désastres liés aux incendies et aux ouragans. Peu importe : il faut sauver l’industrie des fossiles.

Qu’un gouvernement conservateur tienne cette ligne ne surprendrait pas. Qu’un gouvernement socialiste s’y engouffre sans état d’âme est inacceptable. Inacceptable mais logique et révélateur. Ce gouvernement semble aveugle sur l’évolution rapide du « progrès ». Ce « progrès se traduit par exemple par une baisse inévitable de la production de biens de consommation dans les pays riches (par exemple les automobiles) et un accroissement spectaculaire de la productivité. En 10 ans aux USA la productivité a augmenté de 30% dans l’industrie manufacturière. Et bien sûr la production, elle, a stagné. Les syndicats n’ont pas tord, d’abord, de réclamer leur part car les prix n’ont pas baissé et les salaires n’ont pas augmenté : le gain est allé tout droit vers les détenteurs du capital ou il faudra me prouver le contraire !

Mais plus grave, on parle de compenser ces gains de productivité par la croissance. D’une part cette croissance reste à trouver, et d’autre part elle s’aligne – même dans les hypothèses les plus optimistes – sur une valeur bien incapable de rattraper les emplois détruits. Et d’ailleurs cette « reprise » se cassera le nez sur une autre limite : l’épuisement des matières premières et leur renchérissement irréversible. Une baisse du pouvoir d’achat dans nos pays développés est fortement probable : autant l’annoncer clairement – et la répartir équitablement (point sur lequel le gouvernement serait plutôt sur une meilleure voie).

En bref le « logiciel » du gouvernement n’est pas Windows8. Il s’apparente malheureusement à un MS-DOS 1.0 dans le meilleur des cas – et encore : parce qu’au fond, MS-DOS ne fonctionnait pas si mal !

Réveillez-vous, chers élus, avant que le peuple ne prenne conscience de votre inconscience ou – encore pire – ne cherche à vous dépasser dans l’aveuglement.

Is there anybody out  there? comme chantaient les Pink Floyd… The Wall, le mur, est là. Il nous attend.

Excusez ma colère. Les vieux c’est comme çà. On croit qu’ils ont le temps et puis non, ils s’énervent. Eux ils savent qu’il ne leur reste que peu de temps pour éviter le pire à leurs descendants. Mais rassurez-vous : nous avons aussi des jeunes auprès de nous. Puissent-ils se faire entendre assez fort ! Figurez-vous que ceux que j’ai rencontré dans ces lointaines campagnes ne sont pas décidés à se laisser faire. Ce sera salutaire pour nos énarques.

2 Reponses »

  1. « avant que le peuple ne prenne conscience de votre inconscience ou – encore pire – ne cherche à vous dépasser dans l’aveuglement. »
    Je crains fort que la seconde option soit la plus probable étant donné l’aveuglement collectif lié aussi à la zombification généralisée!
    J’approuve totalement cet appel, ce cri du coeur et de la… raison!

  2. [...] http://dtwin.org/WordDD/2012/07/20/le-gouvernement-de-la-continuite/ [...]

Laisser un commentaire