Banner
Michel Beaud et l’aveuglement
This is my site Ecrit par Serge CLAVERO. on 05/01/2012 – 09:47

On vous l’avait dit : la trêve sera brève. Donc, si vous êtes à court d’idées pour les cadeaux retardataires, peut-être serez-vous intéressés par le nouvel opus de Michel Beaud : Face au pire des mondes – éditions du Seuil 20 euros.

Michel Beaud, né en 1935, professeur à Paris VIII, professeur émérite à Paris VII, auteur d’une vingtaine d’ouvrages, est un observateur de la société mondiale et de son évolution déterminée par le capitalisme moderne… « Un de plus », certes, mais non des moindres.

En peu de mots – 12 minutes – face à Thierry Garcin (France Culture Les enjeux internationaux du 26 décembre 2011) à écouter sur ce lien Michel Beaud  présente son livre comme une question : « Société mondiale : quels remèdes face aux gâchis ? ».

Etat des lieux

Les conséquences du capitalisme, de l’ultralibéralisme et de nos modèles de société sur l’environnement et le réchauffement de la planète sont au cœur d’un état des lieux et ce qui nous attend est un tsunami environnemental. Nous détruisons les ressources de la planète et 9 milliards d’habitants se répartiront les richesses de façon de plus en plus inégalitaire. Dans ce contexte les crises économiques traduisent une grande mutation où tout change à la fois avec un basculement de l’occident vers l’Asie.

Que faire?

L’humanité n’est pas encore constituée avec un lieu de décision fort. On ne peut qu’en appeler à une prise de conscience, l’abandon de l’ultralibéralisme, le retour de l’état pour contrôler les marchés. Mais il faudra aussi créer des forces étatiques continentales.

S’agit-il d’irénisme ? Le banditisme de la haute finance reste impuni, les rapports entre les sociétés et les états se durcissent et il faut mettre fin à cette irresponsabilité totale comme nous l’avons fait pour les crimes contre l’humanité. En attendant, les oligopoles et la « gouvernance » affaiblissent les états dont les financiers établissent la feuille de route.

D’autre part il est urgent de mettre en œuvre des technologies et des énergies respectueuses de l’environnement. Si nous ne faisons rien, c’est la Chine et l’Inde qui vont nous dépasser dans ce domaine aussi. En France, EDF et le nucléaire ont bloqué toutes les initiatives nécessaires.

Mais pour nos lecteurs fidèles, n’est-ce pas : rien à signaler… Rien de nouveau. Rien sinon de plus en plus de voix qui s’expriment dans ce sens, les voix les plus avisées et les moins contestables de nos penseurs les plus désintéressés qui  actualisent les avertissements émis depuis 1950 par toute une série de précurseurs auxquels nous ne cesserons pas de nous référer et qui, malheureusement, avaient vu juste.

Reste à savoir pourquoi ce message est toujours aussi peu écouté – sans doute dérange-t-il? Je suis pour ma part de plus en plus convaincu qu’il s’agit d’autre chose. La paresse et la frilosité de nos réflexions, l’oubli des cultures anciennes, la facilité anesthésiante de la TV, l’emprise grandissante du travail « productif » dans nos vies de plus en plus précaires devront être revisités en tant que causes de cet empoisonnement de la raison, de cet « aveuglement » pour reprendre le titre du prix Nobel (Portugais…)  Jose Saramago pour un roman symbolique de cette cécité … et sur les conséquences cauchemardesques qui en découlent. Dans ce roman, seule une femme a gardé la vue. Ceux qui voient sont de nos jours minoritaires et ils n’ont pas encore la force des mots pour se faire entendre avant que le monde soit également devenu sourd. Heureusement, VOUS voyez encore… Alors lisons… et parlons.

Classement  

Mots-clés :

Une Reponse »

  1. Je dois dire que je retiens avant tout de cet entretien le terme « crimes contre la Terre »… Alors pourquoi pas un tribunal international ? Réfléchissons ensemble avant qu’il ne soit trop tard comme l’explique Michel Beaud…

Laisser un commentaire